Rechercher
  • Michel Tanguy

Pourquoi tous les coachs et thérapeutes ne sont-ils pas égaux pour traiter le burn-out ?


N'oublions pas que la personne qui va droit dans le mur du burn-out est dans une impasse psychique. Elle a été pendant longtemps tellement hyperinvestie dans son travail qu'elle ne se rend plus compte que derrière ce "moi-professionnel", auquel elle s'identifie totalement, il y a quelque chose de profond (son soi véritable), auquel elle n'a plus accès.

Quand j'ai fait mon burn-out et que je suis allé d'urgence chez une psychiatre, cette dernière m'a demandé de parler de moi. Au bout de 30mn elle m'a interrompu pour me faire remarquer que je ne parlais que de moi au travail, comme si je n'existais plus qu'à travers mon identité professionnelle. J'avais progressivement laissé mes autres identités (de père aimant, de compagnon engagé, d'ami généreux, de chrétien curieux, etc...) se faire phagocyter par cette identité professionnelle. Et j'avais également perdu le contact avec ce qu'il y a en moi de plus profond que mes identités et que j'appelle la spiritualité : pas seulement mes croyances religieuses mais cette expérience renouvelée d'être connecté à quelque chose de bien plus grand que moi.

Je pris lentement conscience dans les mois qui suivirent, grâce à un travail psychothérapeutique et de développement personnel indispensables, à quel point la surcharge absurde de travail m'avait appauvri et vidé de ma substance profonde. D'où cette crise de foi pas seulement dans le système professionnel et le métier que j'exerçais mais plus vaste encore, dans la vie elle-même : à quoi ça pouvait bien servir de vivre puisque je n'étais plus que 'ça' (mon identité professionnelle), et en même temps je ne pouvais plus être 'ça' (car 'ça' m'avait conduit droit dans le mur) !

J'ai découvert Robert Dilts un an après ma rechute, dans une Master Class pour coachs et thérapeutes. Robert Dilts est un des pères de la PNL (Programmation Neuro Linguistique) cadre de référence pour beaucoup d'écoles de coaching humanistes. Selon Dilts, tout être humain est un sytème vivant comportant 6 niveaux d'apprentissages et de changements (ses fameux niveaux logiques) : l'environnement, les comportements, les capacités, les croyances et valeurs, l'identité et pour finir le transpersonnel ou la raison d'être. Les crises impactent ces différents niveaux et nous obligent à clarifier nos réponses. Certaines crises comme le burn-out viennent toucher les six niveaux.

Environnement : quel nouvel environnement bon pour moi puis-je me créer après 27 ans dans un monde professionnel devenu toxique ?

Comportements : quels nouveaux comportements, quelle hygiène de vie adopter pour créer le cadre protecteur et me permettre de remonter mon niveau d'énergie vitale ?

Capacités : que dois-je apprendre pour m'adapter à cette nouvelle donne ? Apprendre à me dire oui et apprendre à dire non aux autres.

Croyances : quelles sont mes croyances limitantes qui m'empêchent de tourner la page ? Comment ré-évaluer ce qui est réellement important pour moi?

Identité : qui suis-je au-delà de mon burn-out ? au delà de mon identité professionnelle ? Comment actualiser mes différents rôles et mes trajectoires de vie ?

Transpersonnel : l'intensité du burn-out provoque une crise de foi, une crise existentielle. Il m'invite à un changement de niveau de conscience de moi et du monde auquel je souhaite désormais appartenir et contribuer.

L'expérience de Dilts et de la PNL démontre qu'une instabilité à un niveau nécessite une stabilité à un niveau supérieur. Dans mon cas de burn-out, le chaos des 5 premiers étages avec une grande rupture identitaire ne pouvaient être réglés que par une stabilité au 6e étage, c'est à dire au niveau spirituel et transpersonnel, dans le système plus vaste auquel j'appartiens. Qui suis-je au-delà de mon moi-professionnel ?

J'ai travaillé durant des mois ces questions. Ca ne se fait pas seul, ni avec n'importe qui. Pour traverser ma rupture de sens (et guérir de mon burn-out), les accompagnants qui m'ont le plus aidé étaient transpersonnels et gestaltistes (pour les thérapeutes) ; et PNL et humanistes (pour les coachs). J'en suis désormais convaincu, pour accompagner utilement une victime en burn-out il faut être un accompagnant capable de donner le bon soutien jusqu'au 6e etage des niveaux logiques.

Lorsqu'il s'agit au moment approprié de la thérapie de trouver votre raison d'être, le soutien adapté viendra d'un accompagnant guide et éveilleur, celui qui facilitera un élargissement de votre niveau de conscience de vous-même et du monde dans lequel vous vivez.




153 vues

06 59 19 55 54

76 rue de Turenne
75003
Paris

©2020 par Michel Tanguy. Créé avec Wix.com